Informations à jour concernant la situation de l’eau potable

Recommandations pour la qualité de l’eau potable

Le gouvernement du Canada a établi des normes pour l’eau potable, appelées les Recommandations pour la qualité de l’eau potable au Canada. Nous voulons assurer à la population que l’eau du réseau de la Ville est conforme aux Recommandations pour la qualité de l’eau potable au Canada

Les Recommandations pour la qualité de l’eau potable au Canada de Santé Canada établissent les taux admissibles de contaminants. Comme la plupart des villes canadiennes, l’eau d’Iqaluit est extrêmement pure. En fait, notre eau est généralement considérée comme l’une des plus pures au Canada. 

L’eau peut absorber tout élément qui entre en contact avec elle. Il peut s’agir de plantes, de limon, de minéraux et d’autres substances. La plupart de ces éléments sont sans conséquence, mais certains peuvent présenter un risque pour la santé. C’est pourquoi il existe des recommandations qui définissent les niveaux acceptables de substances présentes dans l’eau potable. Par ailleurs, c’est pourquoi l’eau peut avoir un goût légèrement différent d’une ville à l’autre, mais c’est grâce à ces normes sur l’eau potable que les Canadiennes et les Canadiens peuvent avoir confiance en la qualité de notre eau potable.

Réponse Initiale

Le 4 octobre, la Ville a commencé à tester l’eau pour détecter la présence de composés de BTEX/PHC [F1-F4], c’est-à-dire de benzène, de toluène, d’éthylbenzène, de xylènes (BTEX), d’hydrocarbures pétroliers (pH), à l’aide de 11 paramètres différents. Les échantillons initiaux ont été prélevés à l’intérieur de l’usine de traitement de l’eau et du réservoir, ainsi que le long du réseau de distribution.

La Ville a prélevé des échantillons à plusieurs points à l’intérieur de l’usine de traitement de l’eau et à différents endroits sur tout le réseau de distribution. Les points d’échantillonnage du réseau de distribution d’eau sont répartis dans tout Iqaluit afin de fournir une évaluation globale de la qualité de l’eau. Des échantillons sont prélevés trois fois par semaine. Depuis 23 octobre, tous les échantillons de la Ville n’ont pas détecté de concentration d’hydrocarbures pétroliers.

Qualité Actuelle De L'Eau

L’eau du réseau de distribution d’Iqaluit (acheminée à la population par canalisation jusqu’aux robinets ou par camion) répond à toutes les normes établies par les recommandations et continue de les satisfaire. Selon les analyses d’eau effectuées par la Ville, un échantillon prélevé le 17 octobre depuis le réseau de distribution a révélé des taux élevés de F2. (F2 est la fraction 2 et contient une variété de carbones qui peuvent contenir différents produits à base d’hydrocarbures, y compris du kérosène, de la créosote et du diesel.)

Ces taux étaient légèrement supérieurs au minimum de détection, mais ils étaient toujours en dessous des Recommandations pour la qualité de l’eau potable au Canada.

Entre le 12 et le 19 octobre, il y a eu plusieurs jours où des échantillons prélevés au bassin de North Clearwell de l’usine de traitement (bassin où l’eau attend avant d’être mise en contact avec le chlore, puis d’être transférée au réservoir) ont révélé des taux de concentration significatifs de contamination. Le bassin de North Clearwell a été isolé et l’eau a été retirée pour être assainie. Alors que l’investigation se poursuivait, des échantillons prélevés au bassin de South Clearwell ont révélé des taux supérieurs aux taux de détection admissibles conformément aux Recommandations pour la qualité de l’eau potable au Canada. De plus, des échantillons ont indiqué que le réservoir où l’eau traitée est stockée avant d’être distribuée par conduites d’eau et par camion présentaient également des concentrations élevées de contamination. Bien que ces sections de l’usine de traitement de l’eau aient présenté des taux élevés d’après les échantillons prélevés, ces taux élevés n’étaient pas présents dans le réseau de distribution de l’eau.

Investigation et Prochaines Étapes

La cause des odeurs d’hydrocarbures pétroliers et de leur détection dans l’eau a fait l’objet d’une investigation approfondie par la Ville et des ingénieurs-experts qualifiés en eau. La cause identifiée est un ancien réservoir de stockage de carburant souterrain enfoui dans un vide souterrain adjacent à l’usine de traitement de l’eau. On a procédé au retrait du réservoir et à aux travaux de remédiation du site de déversement. D’autres travaux d’atténuation ont été réalisés, notamment le nettoyage en profondeur du substrat rocheux dans le vide souterrain et les zones sous l’usine de traitement de l’eau. De nouvelles exigences en matière de test et de surveillance ont été mises en place. La Ville a installé sur place une station de surveillance de la qualité de l’eau en temps réel. Par conséquent, la Ville d’Iqaluit dispose maintenant de l’un des systèmes d’analyse d’eau les plus rigoureux au Canada.

Des mises à jour de la situation seront fournies ci-dessous. Pour toute inquiétude concernant la qualité de l’eau, la Ville demande à la population de lui transmettre ce formulaire dûment rempli ou de téléphoner au 979-5603. Veuillez noter que ce formulaire et que cette ligne téléphonique concernent uniquement la qualité de l’eau, et non la livraison ou l’accès à l’eau.

 

Résumé de La Chronologie de L'Eau

Mises À Jour De La Situation et Chronologie

Informations à jour du 6 décembre 2021

La Ville d’Iqaluit garde toujours en vigueur l’avis de ne pas consommer l’eau, car elle attend la publication des résultats des tests du gouvernement du Nunavut. Tous les tests effectués par la Ville d’Iqaluit indiquent que la qualité de l’eau est conforme aux taux admissibles des Recommandations pour la qualité de l’eau potable du Canada, sinon même meilleure.

La Ville continue de collaborer avec le gouvernement du Nunavut à propos de la levée de l’avis de ne pas consommer l’eau, et pour ce faire, il faut élaborer de nouvelles procédures pour répondre aux inquiétudes et autres mesures à long terme.

Informations à jour du 22 novembre 2021

Le 24 octobre, le personnel municipal et le personnel d’investigation sur le terrain de WSP ont découvert ce qui est désormais nommé le « vide souterrain ». Ce vide souterrain est une zone accessible depuis le sous-sol de l’usine de traitement de l’eau. Il est très difficile d’y accéder, même qu’une formation spécialisée est nécessaire de le faire.

Ce vide souterrain est un espace entre l’usine de traitement de l’eau et le substrat rocheux exposé. Le but de ce vide est de fournir une barrière d’air entre l’usine de traitement de l’eau et l’environnement externe. En somme, c’est semblable à la façon dont une tasse à café isolée fonctionne pour garder votre café chaud. Dans ce cas-ci, l’usine de traitement de l’eau est le plus petit navire à l’intérieur d’un plus grand navire.

Depuis le vide souterrain, le personnel d’investigation sur le terrain a été en mesure d’identifier les éléments clés pour prouver la source de la contamination. Les éléments de preuve suggèrent que la source de la contamination provient d’un ancien réservoir souterrain de stockage de carburant qui avait été installé dans la première usine de traitement de l’eau en 1962. Hormis cet ancien réservoir souterrain de stockage de carburant, aucune autre source de contamination n’a pu être identifiée.

Le même jour de la découverte de l’ancien réservoir de stockage souterrain de carburant, le personnel municipal et le personnel de la firme de génie-conseil sur place ont pu identifier des preuves solides du point d’entrée du contaminant dans l’usine de traitement de l’eau. Les données évoquent que le point d’entrée est le réservoir de stockage d’eau brute où l’eau est stockée avant le traitement. Le personnel sur place a pu isoler et contourner le point d’entrée suspect le même jour.