Informations à jour concernant la situation de l’eau potable

Mises à jour sur la situation actuelle de l'eau

06 mai, 2022 
La ville d’Iqaluit contourne actuellement tous les réservoirs de l’usine de traitement de l’eau (UTE) tout en maintenant leur désinfection à l’aide de rayons ultraviolets et de chlore. Ce contournement devrait continuer de se faire jusqu’à la mise en oeuvre d’une solution permanente concernant les réservoirs. L’eau potable continue de pouvoir se consommer sans danger.
La ville a terminé son enquête sur deux événements touchant la qualité de l’eau, le premier ayant eu lieu en octobre 2021 et le deuxième en janvier 2022. Des experts chimistes, des ingénieurs des procédés et des ingénieurs de structures ont conclu qu’il s’agissait de deux événements distincts découlant de deux sources uniques.
 
Événement d’octobre 2021
• L’événement d’octobre 2021 a été causé par un déversement qui avait son origine d’un ancien réservoir de stockage de carburant souterrain abandonné qui a fui dans le « Void », une zone se trouvant proche/sous l’UTE.
• Le ministère de la Santé du gouvernement du Nunavut a émis un avis de « Ne pas consommer » l’eau le 12 octobre conséquemment à cet événement.
• La ville a embauché des experts chimistes qui ont effectué une analyse judiciaire du matériau de l’ancien réservoir souterrain et ont confirmé que ledit matériau correspond aux échantillons d’eau pris lors de l’événement d’octobre ainsi qu’au relevé d’un dispositif de surveillance S::CAN.
• La ville d’Iqaluit a collaboré avec plusieurs partenaires de la ville et tous les paliers de gouvernement pour fournir aux Iqalummiut un accès à de l’eau potable durant la période d’interdiction de consommer.
• La ville a collaboré avec des ingénieurs-conseils et des entrepreneurs tiers pour identifier, comprendre et remédier à la contamination en :
installant et étalonnant un système de surveillance d’hydrocarbures S::CAN;
retirant et faisant des essais sur l’ancien réservoir de stockage souterrain;
 nettoyant et trouvant remède à la zone sous l’UTE appelée « Void »;
lavant sous pression les réservoirs souterrains touchés;
effectuant la vidange intégrale du système de distribution d’eau;
effectuant une évaluation environnementale de site de phase II autour du périmètre de l’usine de traitement de l’eau;
concevant et construisant le système de contournement de l’usine de traitement de l’eau qu’on devait utiliser en cas d’un événement d’urgence future.
• Le ministère de la Santé du gouvernement du Nunavut a annulé l’avis de ne pas consommer le 10 décembre 2022.
 
Événement de janvier 2022
• Selon l’évaluation des experts, l’événement de janvier 2022 relatif à la qualité de l’eau n’est pas relié à l’ancien réservoir de stockage de carburant souterrain de l’UTE.
• Cet événement était relié au matériau qui avait été installé dans/sur les murs de certains réservoirs pendant leur construction à l’UTE en 2003 et 2004. Le matériau est du type bitume et sert d’arrêt d’eau. Le matériau était recouvert d’une couche ressemblant à un coulis mince qui, se dégradant au fil du temps, l’avait exposé lui permettant d’entrer en contact avec l’eau dans les réservoirs.
• Lors de la construction, ce matériau était conforme à la norme NSF 61, ce qui veut dire qu’il était considéré comme acceptable à cette fin.
• Les experts chimistes ont également effectué l’analyse judiciaire de ce produit et confirmé que le matériau d’arrêt d’eau correspond à celui qui se trouve dans les murs du réservoir, les résultats du S::CAN et les échantillons d’eau eux-mêmes.
• Les types de contaminants lors de cet événement étaient les hydrocarbures pétroliers (HCP) F3 et F4. Cependant, les matériaux liés à l’événement d’octobre étaient des types d’HCP F1 et F2.
• À la suite de l’événement, la ville d’Iqaluit a immédiatement mis en oeuvre un contournement de plusieurs réservoirs qui a évité tous les réservoirs en 
L’eau produite par la ville d’Iqaluit continue de satisfaire aux Recommandations pour la qualité de l’eau potable du Canada ou de les dépasser et passe par un processus de vérifications rigoureuses, y compris :
• la surveillance de la qualité de l’eau en temps réel à l’aide de deux dispositifs de surveillance S::CAN, l’un sur l’eau non traitée entrant dans l’usine et l’autre sur l’eau traitée lorsqu’elle quitte l’usine;
• des essais hebdomadaires pour les BTEX/HCP[F1-F4] qui vérifient la présence d’hydrocarbures pétroliers dans l’eau, selon 11 paramètres;
• ainsi que la surveillance et tous les autres essais de la qualité de l’eau quotidiens et hebdomadaires exigés par les lois.
 
WSP a rédigé un rapport sommaire intitulé « City of Iqaluit Water Quality Emergency – Summary Report for Distribution » qui a été publié sur le site Web de la ville d’Iqaluit (https://www.iqaluit.ca/news/water-quality-emergency-final-investigation-...).