Mises à jour passées

Résumé de La Chronologie de L'Eau

Mises À Jour De La Situation et Chronologie

Informations à jour du 6 décembre 2021

La Ville d’Iqaluit garde toujours en vigueur l’avis de ne pas consommer l’eau, car elle attend la publication des résultats des tests du gouvernement du Nunavut. Tous les tests effectués par la Ville d’Iqaluit indiquent que la qualité de l’eau est conforme aux taux admissibles des Recommandations pour la qualité de l’eau potable du Canada, sinon même meilleure.

La Ville continue de collaborer avec le gouvernement du Nunavut à propos de la levée de l’avis de ne pas consommer l’eau, et pour ce faire, il faut élaborer de nouvelles procédures pour répondre aux inquiétudes et autres mesures à long terme.

Informations à jour du 22 novembre 2021

Le 24 octobre, le personnel municipal et le personnel d’investigation sur le terrain de WSP ont découvert ce qui est désormais nommé le « vide souterrain ». Ce vide souterrain est une zone accessible depuis le sous-sol de l’usine de traitement de l’eau. Il est très difficile d’y accéder, même qu’une formation spécialisée est nécessaire de le faire.

Ce vide souterrain est un espace entre l’usine de traitement de l’eau et le substrat rocheux exposé. Le but de ce vide est de fournir une barrière d’air entre l’usine de traitement de l’eau et l’environnement externe. En somme, c’est semblable à la façon dont une tasse à café isolée fonctionne pour garder votre café chaud. Dans ce cas-ci, l’usine de traitement de l’eau est le plus petit navire à l’intérieur d’un plus grand navire.

Depuis le vide souterrain, le personnel d’investigation sur le terrain a été en mesure d’identifier les éléments clés pour prouver la source de la contamination. Les éléments de preuve suggèrent que la source de la contamination provient d’un ancien réservoir souterrain de stockage de carburant qui avait été installé dans la première usine de traitement de l’eau en 1962. Hormis cet ancien réservoir souterrain de stockage de carburant, aucune autre source de contamination n’a pu être identifiée.

Le même jour de la découverte de l’ancien réservoir de stockage souterrain de carburant, le personnel municipal et le personnel de la firme de génie-conseil sur place ont pu identifier des preuves solides du point d’entrée du contaminant dans l’usine de traitement de l’eau. Les données évoquent que le point d’entrée est le réservoir de stockage d’eau brute où l’eau est stockée avant le traitement. Le personnel sur place a pu isoler et contourner le point d’entrée suspect le même jour.